Glossaire

mes-varices-info.fr ou comment répondre à toutes mes questions sur les varices

Glossaire

définition des termes courants d’angéiologie

Consultez les définitions des termes les plus fréquents en Médecine Vasculaire : Mes-varices-info.fr vous explique !

VARICES
Les varices sont une dilatation anormale et permanente des veines des membres inférieurs. Ce sont des veines qui ne remplissent plus leur fonction première c’est à dire ramener le sang veineux, pauvre en oxygène, vers le coeur : le sens de circulation du sang y est alors inversé. Elles sont dues à une perte d’élasticité de la paroi des veines et à une atteinte des valvules ("clapets" qui empêchent le retour en arrière du sang).
VEINES SAPHÈNES
Au niveau des membres inférieurs, coexistent deux grands réseaux veineux : le profond et le superficiel. Les veines grande et petite saphènes constituent le réseau veineux superficiel des membres inférieurs. La veine grande saphène naît en avant de la malléole interne à la cheville et se termine dans la veine fémorale commune à l’aine. La veine petite saphène naît en arrière de la malléole externe et se termine, le plus souvent, dans la veine poplitée en arrière du genou. Ces quatre veines saphènes (une grande et une petite veine saphène à chaque membre inférieur) participent au retour du sang veineux pour 10% environ du chaque jambe. Quand elles sont "malades", elles sont à l’origine des varices et des symptômes à type de lourdeurs, pesanteurs, impatiences et oedèmes; elles ne jouent plus leur rôle de retour veineux : elles sont devenues inutiles. C’est pour cela que l’on peut les enlever ou les détruire. Parfois, les grandes saphènes sont utilisées pour réaliser les pontages cardiaques ou les pontages artériels périphériques. Dans certains cas, si elles ne sont pas trop malades, il est préférable de les conserver.
LASER ou Laser Endo Veineux (LEV)
Une procédure endoveineuse thermique par Laser (LEV) est un traitement qui va permettre de détruire par la chaleur une veine saphène malade. Elle consiste en l’introduction sous échographie d’une fibre optique, épaisse de 2 mm, dans la veine malade. La veine va ensuite être cautérisée par la chaleur fournie par la lumière Laser. Ensuite, elle va se résorber progressivement pour disparaître complètement. C’est une opération qui se fait sous anesthésie locale appelée tumescence. Cela permet ainsi de reprendre immédiatement une activité : il n’y a pas d’arrêt de travail. Le Laser se pratique aujourd’hui au bloc opératoire, en ambulatoire, c’est à dire que vous êtes présent à la clinique pendant 2 heures. L’opération elle même dure 1 heure.
RADIOFRÉQUENCE ou RF
Une procédure endoveineuse thermique par Radiofréquence (RF) est un traitement en tous points identiques au Laser. Seul le type de fibre change. La veine va aussi être détruite par la chaleur délivrée par la fibre Radiofréquence. L’opération se déroule entièrement sous anesthésie locale par tumescence, au bloc opératoire en ambulatoire, comme pour le Laser.
ÉCHOSCLÉROSE VEINEUSE À LA MOUSSE
C’est une technique de traitement des veines saphènes de moyen calibre, de leurs branches et des récidives variqueuses. Il consiste à injecter un produit sclérosant dans la veine sous forme de mousse (ce qui permet une plus grande efficacité avec une concentration de produit moins importante). La mousse va être injectée dans la veine sous le contrôle permanent de l’échographie (pour une sécurité maximale). Elle est détruite rapidement par le sang et ne peut donc pas diffuser loin du point d’injection. La veine va ensuite se résorber sur quelques semaines à quelques mois. Ce traitement est réalisé au cabinet médical et n’entraîne pas d’arrêt de travail. Ce traitement est utilisé partout dans le monde depuis plus de 15 ans maintenant.
PRODUIT SCLÉROSANT
Actuellement, il existe deux produits utilisés en France : le Lauromacrogol 400 (AETOXISCLEROL®) et l’Alun de chrome (SCLEREMO®). Tout ces produits sont contre indiqués en cas de grossesse. Dans la pratique courant c’est L’AETOXISCLEROL® qui est le plus utilisé. A noter, qu’il n’existe actuellement pas d’AMM pour l’utilisation des ce dernier sous la forme de mousse.
AMM
Autorisation de Mise sur le Marché
MICROSCLÉROSE
C’est le traitement des petites varices réticulaires et des télangiectasies inesthétiques. Il consiste à injecter un produit sclérosant dans la veine sous forme liquide. On injecte le produit sous le contrôle d’une lampe-loupe pour une meilleure vision ou avec une lampe spéciale qui permet d’éclairer à travers la peau : la transillumination (meilleure vision et accès plus facile des veines plus profondes). Les veines vont ensuite se résorber sur quelques semaines. Ce traitement est réalisé au cabinet médical et n’entraîne pas d’arrêt de travail.
PHLÉBECTOMIE au crochet de Müller
Traitement réalisé sous anesthésie locale pour enlever les varices visibles inesthétiques. Après une micro-incision de 1 mm, la varice est extirpée à l’aide d’un petit crochet.Les petites cicatrices de 1 mm qui vont disparaître en quelque semaines. Vous devrez mettre une contention classe 2 pendant 8 jours. Après le traitement, vous pourrez ressentir un tiraillement sur la zone traitée. Ce traitement est réalisé soit au cabinet médical, soit au bloc opératoire en complément d’une procédure endoveineuse par Laser ou Radiofréquence et n’entraîne pas d’arrêt de travail.
LA CONTENTION / LA COMPRESSION
Elle existe sous la forme de chaussettes (ou mi-bas), de bas cuisses ou de collants. Elle est communément appelée contention, mais le terme approprié est compression médicale. La contention existe et correspond à l’utilisation de bandes non élastiques dites inextensibles. Dans certain cas, par exemple celui de l’ulcère veineux, nous utilisons les deux méthodes de façon combinées. La force de compression est segmentée en 4 classes, la plus faible étant la 1 qui est considérée comme trop faible pour fournir un effet médical. La classe 2 qui correspond à une compression moyenne est utilisée au quotidien en prévention pour traiter les oedèmes, les lourdeurs, les impatiences et pour limiter l’évolution de la maladie veineuse chronique. Elle va éviter la stase veineuse au niveau des chevilles et des jambes. C’est un traitement mécanique qui n’est efficace que quand il est porté, il n’y a pas d’effet bénéfique qui persiste quand on enlève la contention. La contention n’est pas toujours facile à mettre ou à supporter mais c’est le seul traitement qui a montré une réelle efficacité en prévention. Elle doit aussi être mise en place pendant 8 jours dans la journée après un traitement par Laser, Radiofréquence ou phlébectomie. Si elle est portée quotidiennement , la contention doit être changée tous les 3 mois (perte de l’effet élastique liées aux lavages et à l’usure des fibres). La classe 3, contention forte, est prescrite pour le traitement des phlébites (thrombose veineuse profonde) ou lorsqu’il existe des séquelles après un épisode de phlébite (caillot qui persiste dans la veine, atteinte des valvules dans les veines profondes). La classe 4 est utilisé de façon plus exceptionnelle, car difficile à enfiler; par exemple lors du traitement du lymphoedème. Dans certain cas, votre médecin peut prescrire une superposition de deux bas ; c’est une alternative à l’utilisation des bas de classe 4.
CHIRURGIE PAR CROSSECTOMIE-ÉVEINAGE
Technique classique, ancienne, du traitement des veines saphènes malades. Elle consiste, après une incision sous le genou (éveinage court le plus fréquemment pratiqué de nos jours) ou à la cheville puis à l’aine à enlever la veine par invagination avec l’aide d’un fil attaché à un stripper.
STRIPPER
Nom de l’outil chirurgical utilisé lors d’un stripping.
STRIPPING
Anglicisme qui signifie dans le contexte : enlever, arracher.
ANESTHÉSIE PAR TUMESCENCE
Il s’agit de la technique d’anesthésie locale utilisée lors des procédures endoveineuses thermiques par Laser ou Radiofréquence et éventuellement lors des phlébectomies. Elle consiste à entourer la veine à traiter d’un mélange associant Xylocaïne et Sérum physiologique sous le contrôle permanent de l’échographie. La tumescence permet alors de protéger les tissus avoisinant la varice de la diffusion de la chaleur lors du "tir" Laser ou par Radiofréquence. Elle permet aussi de ne pas ressentir de douleur.
PHLÉBITE OU THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE
C’est un caillot dans une veine du réseau profond. Il peut être localisé dans n’importe quelle veine (abdominale, cérébrale..) mais le plus souvent il touche une veine des membres inférieurs. La phlébite est une maladie grave du fait de l’évolution possible vers une embolie pulmonaire. Un traitement est indispensable dès le diagnostic réalisé. Il associe des anticoagulants et une conpression de classe 2 à 3. C’est un caillot dans une veine du réseau veineux superficiel (veines saphènes) ou dans une varice. Les symptômes sont principalement : douleurs en regard, rougeur et chaleur de la peau, induration. C’est rarement grave mais cela nécessite parfois un traitement sous forme de piqûres sous cutanée pendant 4 à 6 semaines. L’ulcère d’origine veineuse (il en existe d’origine artérielle ou mixte) est une plaie cutanée préférentiellement localisée au niveau des chevilles. Il survient après une longue histoire d’insuffisance veineuse superficielle chronique. C’est la complication à éviter à tous prix car elle signe l’atteinte irréversible de la peau. L’ulcère est très long et compliqué à traiter. Des soins infirmiers et la mise en place d’une contention classe 3 pendant plusieurs mois sont nécessaires. Les traitements radicaux des veines saphènes malades (Laser, Radiofréquence, échosclérose mousse) vont éviter l’évolution de la maladie veineuse jusqu’à l’ulcère. La stase veineuse liée à la présence d’une varice peut irriter la peau. Il se forme alors une zone de peau qui gratte, à l’aspect squameux. Le grattage intempestif expose à la survenue d’une infection de la peau (érysipèle) ou à la rupture de la varice en regard. Le traitement de cet forme d’eczéma comprend avant tout le traitement des varices qui en sont responsables. L’utilisation de corticoïdes en crème ou pommade soulage rapidement de la sensation d’urticaire. Attention, n’appliquez jamais de dermocorticoïdes sans l’autorisation de votre médecin : leur utilisation inappropriée peut favoriser les infections de la peau ou la fragiliser. Le lipœdème est une accumulation de graisse sous la peau, sous forme de lobules. Il touche essentiellement la femme et concerne les deux membres inférieurs. Il peut être diffus (sur toute la hauteur) ou être segmentaire à la cuisse (le plus souvent) ou la jambe. Le drainage lymphatique y est plus difficile, facilitant l’oedème. Cliniquement, il est douloureux au "palper-rouler" c’est à dire à la pression. Compte tenu d’une fragilité capillaire accrue, il s’accompagne volontier d’hématomes. Le lipoedème s’arrête aux chevilles pour épargner le dos des pieds, ce qui permet de le différencier du lymphoedème. Ce n’est pas une maladie mais une variante physiologique (normale) de la répartition de la graisse qui concerne surtout les femmes. La syllabe (-ite) est inappropriée car il n’y a ni infection, ni inflammation. Il s’agit d’une augmentation de la graisse sous la peau localisée aux cuisses, fesses et hanches. Il s’y associe un aspect capitonné, en “peau d’orange”, de la peau à ces endroits.
PARAPHLÉBITE OU THROMBOSE VEINEUSE SUPERFICIELLE
C’est un caillot dans une veine du réseau profond. Il peut être localisé dans n’importe quelle veine (abdominale, cérébrale..) mais le plus souvent il touche une veine des membres inférieurs. La phlébite est une maladie grave du fait de l’évolution possible vers une embolie pulmonaire. Un traitement est indispensable dès le diagnostic réalisé. Il associe des anticoagulants et une conpression de classe 2 à 3. C’est un caillot dans une veine du réseau veineux superficiel (veines saphènes) ou dans une varice. Les symptômes sont principalement : douleurs en regard, rougeur et chaleur de la peau, induration. C’est rarement grave mais cela nécessite parfois un traitement sous forme de piqûres sous cutanée pendant 4 à 6 semaines. L’ulcère d’origine veineuse (il en existe d’origine artérielle ou mixte) est une plaie cutanée préférentiellement localisée au niveau des chevilles. Il survient après une longue histoire d’insuffisance veineuse superficielle chronique. C’est la complication à éviter à tous prix car elle signe l’atteinte irréversible de la peau. L’ulcère est très long et compliqué à traiter. Des soins infirmiers et la mise en place d’une contention classe 3 pendant plusieurs mois sont nécessaires. Les traitements radicaux des veines saphènes malades (Laser, Radiofréquence, échosclérose mousse) vont éviter l’évolution de la maladie veineuse jusqu’à l’ulcère. La stase veineuse liée à la présence d’une varice peut irriter la peau. Il se forme alors une zone de peau qui gratte, à l’aspect squameux. Le grattage intempestif expose à la survenue d’une infection de la peau (érysipèle) ou à la rupture de la varice en regard. Le traitement de cet forme d’eczéma comprend avant tout le traitement des varices qui en sont responsables. L’utilisation de corticoïdes en crème ou pommade soulage rapidement de la sensation d’urticaire. Attention, n’appliquez jamais de dermocorticoïdes sans l’autorisation de votre médecin : leur utilisation inappropriée peut favoriser les infections de la peau ou la fragiliser. Le lipœdème est une accumulation de graisse sous la peau, sous forme de lobules. Il touche essentiellement la femme et concerne les deux membres inférieurs. Il peut être diffus (sur toute la hauteur) ou être segmentaire à la cuisse (le plus souvent) ou la jambe. Le drainage lymphatique y est plus difficile, facilitant l’oedème. Cliniquement, il est douloureux au "palper-rouler" c’est à dire à la pression. Compte tenu d’une fragilité capillaire accrue, il s’accompagne volontier d’hématomes. Le lipoedème s’arrête aux chevilles pour épargner le dos des pieds, ce qui permet de le différencier du lymphoedème. Ce n’est pas une maladie mais une variante physiologique (normale) de la répartition de la graisse qui concerne surtout les femmes. La syllabe (-ite) est inappropriée car il n’y a ni infection, ni inflammation. Il s’agit d’une augmentation de la graisse sous la peau localisée aux cuisses, fesses et hanches. Il s’y associe un aspect capitonné, en “peau d’orange”, de la peau à ces endroits.
ULCÈRE
C’est un caillot dans une veine du réseau profond. Il peut être localisé dans n’importe quelle veine (abdominale, cérébrale..) mais le plus souvent il touche une veine des membres inférieurs. La phlébite est une maladie grave du fait de l’évolution possible vers une embolie pulmonaire. Un traitement est indispensable dès le diagnostic réalisé. Il associe des anticoagulants et une conpression de classe 2 à 3. C’est un caillot dans une veine du réseau veineux superficiel (veines saphènes) ou dans une varice. Les symptômes sont principalement : douleurs en regard, rougeur et chaleur de la peau, induration. C’est rarement grave mais cela nécessite parfois un traitement sous forme de piqûres sous cutanée pendant 4 à 6 semaines. L’ulcère d’origine veineuse (il en existe d’origine artérielle ou mixte) est une plaie cutanée préférentiellement localisée au niveau des chevilles. Il survient après une longue histoire d’insuffisance veineuse superficielle chronique. C’est la complication à éviter à tous prix car elle signe l’atteinte irréversible de la peau. L’ulcère est très long et compliqué à traiter. Des soins infirmiers et la mise en place d’une contention classe 3 pendant plusieurs mois sont nécessaires. Les traitements radicaux des veines saphènes malades (Laser, Radiofréquence, échosclérose mousse) vont éviter l’évolution de la maladie veineuse jusqu’à l’ulcère. La stase veineuse liée à la présence d’une varice peut irriter la peau. Il se forme alors une zone de peau qui gratte, à l’aspect squameux. Le grattage intempestif expose à la survenue d’une infection de la peau (érysipèle) ou à la rupture de la varice en regard. Le traitement de cet forme d’eczéma comprend avant tout le traitement des varices qui en sont responsables. L’utilisation de corticoïdes en crème ou pommade soulage rapidement de la sensation d’urticaire. Attention, n’appliquez jamais de dermocorticoïdes sans l’autorisation de votre médecin : leur utilisation inappropriée peut favoriser les infections de la peau ou la fragiliser. Le lipœdème est une accumulation de graisse sous la peau, sous forme de lobules. Il touche essentiellement la femme et concerne les deux membres inférieurs. Il peut être diffus (sur toute la hauteur) ou être segmentaire à la cuisse (le plus souvent) ou la jambe. Le drainage lymphatique y est plus difficile, facilitant l’oedème. Cliniquement, il est douloureux au "palper-rouler" c’est à dire à la pression. Compte tenu d’une fragilité capillaire accrue, il s’accompagne volontier d’hématomes. Le lipoedème s’arrête aux chevilles pour épargner le dos des pieds, ce qui permet de le différencier du lymphoedème. Ce n’est pas une maladie mais une variante physiologique (normale) de la répartition de la graisse qui concerne surtout les femmes. La syllabe (-ite) est inappropriée car il n’y a ni infection, ni inflammation. Il s’agit d’une augmentation de la graisse sous la peau localisée aux cuisses, fesses et hanches. Il s’y associe un aspect capitonné, en “peau d’orange”, de la peau à ces endroits.
ECZÉMA VARIQUEUX
C’est un caillot dans une veine du réseau profond. Il peut être localisé dans n’importe quelle veine (abdominale, cérébrale..) mais le plus souvent il touche une veine des membres inférieurs. La phlébite est une maladie grave du fait de l’évolution possible vers une embolie pulmonaire. Un traitement est indispensable dès le diagnostic réalisé. Il associe des anticoagulants et une conpression de classe 2 à 3. C’est un caillot dans une veine du réseau veineux superficiel (veines saphènes) ou dans une varice. Les symptômes sont principalement : douleurs en regard, rougeur et chaleur de la peau, induration. C’est rarement grave mais cela nécessite parfois un traitement sous forme de piqûres sous cutanée pendant 4 à 6 semaines. L’ulcère d’origine veineuse (il en existe d’origine artérielle ou mixte) est une plaie cutanée préférentiellement localisée au niveau des chevilles. Il survient après une longue histoire d’insuffisance veineuse superficielle chronique. C’est la complication à éviter à tous prix car elle signe l’atteinte irréversible de la peau. L’ulcère est très long et compliqué à traiter. Des soins infirmiers et la mise en place d’une contention classe 3 pendant plusieurs mois sont nécessaires. Les traitements radicaux des veines saphènes malades (Laser, Radiofréquence, échosclérose mousse) vont éviter l’évolution de la maladie veineuse jusqu’à l’ulcère. La stase veineuse liée à la présence d’une varice peut irriter la peau. Il se forme alors une zone de peau qui gratte, à l’aspect squameux. Le grattage intempestif expose à la survenue d’une infection de la peau (érysipèle) ou à la rupture de la varice en regard. Le traitement de cet forme d’eczéma comprend avant tout le traitement des varices qui en sont responsables. L’utilisation de corticoïdes en crème ou pommade soulage rapidement de la sensation d’urticaire. Attention, n’appliquez jamais de dermocorticoïdes sans l’autorisation de votre médecin : leur utilisation inappropriée peut favoriser les infections de la peau ou la fragiliser. Le lipœdème est une accumulation de graisse sous la peau, sous forme de lobules. Il touche essentiellement la femme et concerne les deux membres inférieurs. Il peut être diffus (sur toute la hauteur) ou être segmentaire à la cuisse (le plus souvent) ou la jambe. Le drainage lymphatique y est plus difficile, facilitant l’oedème. Cliniquement, il est douloureux au "palper-rouler" c’est à dire à la pression. Compte tenu d’une fragilité capillaire accrue, il s’accompagne volontier d’hématomes. Le lipoedème s’arrête aux chevilles pour épargner le dos des pieds, ce qui permet de le différencier du lymphoedème. Ce n’est pas une maladie mais une variante physiologique (normale) de la répartition de la graisse qui concerne surtout les femmes. La syllabe (-ite) est inappropriée car il n’y a ni infection, ni inflammation. Il s’agit d’une augmentation de la graisse sous la peau localisée aux cuisses, fesses et hanches. Il s’y associe un aspect capitonné, en “peau d’orange”, de la peau à ces endroits.
LIPŒDÈME

C’est un caillot dans une veine du réseau profond. Il peut être localisé dans n’importe quelle veine (abdominale, cérébrale..) mais le plus souvent il touche une veine des membres inférieurs. La phlébite est une maladie grave du fait de l’évolution possible vers une embolie pulmonaire. Un traitement est indispensable dès le diagnostic réalisé. Il associe des anticoagulants et une conpression de classe 2 à 3. C’est un caillot dans une veine du réseau veineux superficiel (veines saphènes) ou dans une varice. Les symptômes sont principalement : douleurs en regard, rougeur et chaleur de la peau, induration. C’est rarement grave mais cela nécessite parfois un traitement sous forme de piqûres sous cutanée pendant 4 à 6 semaines. L’ulcère d’origine veineuse (il en existe d’origine artérielle ou mixte) est une plaie cutanée préférentiellement localisée au niveau des chevilles. Il survient après une longue histoire d’insuffisance veineuse superficielle chronique. C’est la complication à éviter à tous prix car elle signe l’atteinte irréversible de la peau. L’ulcère est très long et compliqué à traiter. Des soins infirmiers et la mise en place d’une contention classe 3 pendant plusieurs mois sont nécessaires. Les traitements radicaux des veines saphènes malades (Laser, Radiofréquence, échosclérose mousse) vont éviter l’évolution de la maladie veineuse jusqu’à l’ulcère. La stase veineuse liée à la présence d’une varice peut irriter la peau. Il se forme alors une zone de peau qui gratte, à l’aspect squameux. Le grattage intempestif expose à la survenue d’une infection de la peau (érysipèle) ou à la rupture de la varice en regard. Le traitement de cet forme d’eczéma comprend avant tout le traitement des varices qui en sont responsables. L’utilisation de corticoïdes en crème ou pommade soulage rapidement de la sensation d’urticaire. Attention, n’appliquez jamais de dermocorticoïdes sans l’autorisation de votre médecin : leur utilisation inappropriée peut favoriser les infections de la peau ou la fragiliser. Le lipœdème est une accumulation de graisse sous la peau, sous forme de lobules. Il touche essentiellement la femme et concerne les deux membres inférieurs. Il peut être diffus (sur toute la hauteur) ou être segmentaire à la cuisse (le plus souvent) ou la jambe. Le drainage lymphatique y est plus difficile, facilitant l’oedème. Cliniquement, il est douloureux au "palper-rouler" c’est à dire à la pression. Compte tenu d’une fragilité capillaire accrue, il s’accompagne volontier d’hématomes. Le lipoedème s’arrête aux chevilles pour épargner le dos des pieds, ce qui permet de le différencier du lymphoedème. Ce n’est pas une maladie mais une variante physiologique (normale) de la répartition de la graisse qui concerne surtout les femmes. La syllabe (-ite) est inappropriée car il n’y a ni infection, ni inflammation. Il s’agit d’une augmentation de la graisse sous la peau localisée aux cuisses, fesses et hanches. Il s’y associe un aspect capitonné, en “peau d’orange”, de la peau à ces endroits.

La cellulite
C’est un caillot dans une veine du réseau profond. Il peut être localisé dans n’importe quelle veine (abdominale, cérébrale..) mais le plus souvent il touche une veine des membres inférieurs. La phlébite est une maladie grave du fait de l’évolution possible vers une embolie pulmonaire. Un traitement est indispensable dès le diagnostic réalisé. Il associe des anticoagulants et une conpression de classe 2 à 3. C’est un caillot dans une veine du réseau veineux superficiel (veines saphènes) ou dans une varice. Les symptômes sont principalement : douleurs en regard, rougeur et chaleur de la peau, induration. C’est rarement grave mais cela nécessite parfois un traitement sous forme de piqûres sous cutanée pendant 4 à 6 semaines. L’ulcère d’origine veineuse (il en existe d’origine artérielle ou mixte) est une plaie cutanée préférentiellement localisée au niveau des chevilles. Il survient après une longue histoire d’insuffisance veineuse superficielle chronique. C’est la complication à éviter à tous prix car elle signe l’atteinte irréversible de la peau. L’ulcère est très long et compliqué à traiter. Des soins infirmiers et la mise en place d’une contention classe 3 pendant plusieurs mois sont nécessaires. Les traitements radicaux des veines saphènes malades (Laser, Radiofréquence, échosclérose mousse) vont éviter l’évolution de la maladie veineuse jusqu’à l’ulcère. La stase veineuse liée à la présence d’une varice peut irriter la peau. Il se forme alors une zone de peau qui gratte, à l’aspect squameux. Le grattage intempestif expose à la survenue d’une infection de la peau (érysipèle) ou à la rupture de la varice en regard. Le traitement de cet forme d’eczéma comprend avant tout le traitement des varices qui en sont responsables. L’utilisation de corticoïdes en crème ou pommade soulage rapidement de la sensation d’urticaire. Attention, n’appliquez jamais de dermocorticoïdes sans l’autorisation de votre médecin : leur utilisation inappropriée peut favoriser les infections de la peau ou la fragiliser. Le lipœdème est une accumulation de graisse sous la peau, sous forme de lobules. Il touche essentiellement la femme et concerne les deux membres inférieurs. Il peut être diffus (sur toute la hauteur) ou être segmentaire à la cuisse (le plus souvent) ou la jambe. Le drainage lymphatique y est plus difficile, facilitant l’oedème. Cliniquement, il est douloureux au "palper-rouler" c’est à dire à la pression. Compte tenu d’une fragilité capillaire accrue, il s’accompagne volontier d’hématomes. Le lipoedème s’arrête aux chevilles pour épargner le dos des pieds, ce qui permet de le différencier du lymphoedème. Ce n’est pas une maladie mais une variante physiologique (normale) de la répartition de la graisse qui concerne surtout les femmes. La syllabe (-ite) est inappropriée car il n’y a ni infection, ni inflammation. Il s’agit d’une augmentation de la graisse sous la peau localisée aux cuisses, fesses et hanches. Il s’y associe un aspect capitonné, en “peau d’orange”, de la peau à ces endroits.

ATTENTION !
Les informations médicales qui se trouvent sur notre site et dans ce message ne remplacent en aucun cas la consultation médicale qui, seule, permet d’établir un diagnostic et de mettre en place un protocole de soins adaptés à chaque cas individuel.

Remonter

Les informations médicales de ce site ne remplacent en aucun cas la consultation médicale qui seule,
permet d’établir un diagnostic et de mettre en place un protocole de soins adaptés à chaque cas individuel.
Mes-varices-info.fr ou comment à répondre à toutes mes questions sur les varices